Traitement possible contre la chenille processionnaire

Traitement possible contre la chenille processionnaire

La chenille processionnaire est l’un des nuisibles qui dévaste annuellement les chênes et les pins. En plus d’être vorace, cet insecte peut infliger de sérieux dégâts en cas de contact avec ses poils urticants. Il est d’ailleurs presque impossible d’en échapper puisque les poils vont se détacher facilement en cas de coup de vent à un moment du stade de l’évolution de la chenille. Il existe plusieurs moyens pour se débarrasser d’une colonie de chenilles processionnaires. Si certaines techniques restent inoffensives pour l’environnement, d’autres méthodes vont recourir à l’artillerie lourde employant des substances chimiques. Toutefois, les professionnels en désinsectisation ont l’obligation d’employer de produits d’éradication homologués qui respectent la nature et l’environnement.

Qu’est-ce que l’échenillage ?

Les chenilles processionnaires tissent un nid sur leur hôte pour se protéger contre les prédateurs. Ce nid sert d’abris durant la journée tandis que les insectes vont sortir durant la nuit. Tout comme les poils de la chenille, le nid est composé également d’éléments urticants. Il suffit d’un petit contact physique pour que la peau affiche une légion et des rougeurs. Heureusement, les nids sont toujours placés sur les branches en hauteur et il faut utiliser un équipement spécial pour les atteindre. L’échenillage est une méthode d’extermination de la chenille processionnaire utilisée depuis toujours. La technique consiste à couper les branches et les rameaux qui portent les cocons. L’échenillage se pratique en période hivernale puisque les insectes se réfugient dans l’abri durant toute la journée et sortent uniquement pour se nourrir à la tombée de la nuit. Ce mode de vie sera mené par la colonie avant la procession sur le sol. Le traitement mécanique par échenillage permet de mettre fin à l’invasion sans avoir à utiliser de substances chimiques respectant l’environnement. Néanmoins, il est impératif d’utiliser des équipements adaptés pour effectuer l’opération. Il faut par exemple disposer d’un sécateur et d’une longue échelle ou d’un échenilloir avec une longue perche pour atteindre les rameaux infectés. Si les chenilles ne risquent pas de sortir à cause des secours lors de l’échenillage, il est toujours recommandé d’utiliser des équipements de protection appropriés pour éviter les contacts accidentels. Il faut par exemple utiliser les lunettes de protection pour prévenir les irritations oculaires. Le masque de protection est aussi de rigueur pour éviter les éventuelles inhalations de poils. Les gants, les bottes et la combinaison intégrale seront indispensables pour couvrir le corps. Pour rappel, le contact avec l’insecte procure des démangeaisons et de fortes irritations. Des difficultés respiratoires vont apparaître pour les malchanceux qui vont inhaler les poils urticants alors que des troubles sévères de digestion vont apparaître après une absorption. Les rameaux coupés devront directement être brûlés une fois tombés sur le sol. Il faut les réunir sur un vaste espace et utiliser un combustible pour assurer que le nid soit entièrement détruit par la flamme. Le sort de la chenille processionnaire peut paraître atroce lors de l’échenillage, mais il s’agit d’une méthode d’éradication qui épargne l’environnement.

Les éco-pièges anti chenille processionnaire

Les éco-pièges désignent les moyens naturels pour traiter l’invasion de chenille processionnaire. Il existe deux méthodes pour venir à bout de la colonie sainement. En premier, il y a le piège qui consiste à attendre la procession des chenilles vers le sol. Le groupe quitte le nid pour rejoindre le sol avant la fin de l’hiver. Il faut donc empêcher le cycle évolutif de l’insecte en l’empêchant de rejoindre le sol. Pour cela, il faut placer un sac hermétique autour du tronc pour accueillir la colonie. Il suffit ensuite de brûler le sac pour décimer la population. L’avantage de la technique est qu’il permet d’anéantir le groupe aisément et sans risque de contact direct. La nature se chargera de détruire progressivement le cocon vide sur les arbres contaminés. Le second éco-piège disponible sur le marché est à base de phéromone. Il est utilisé après que l’imago sort du sol. La chenille processionnaire est la larve de papillon, mais il va vivre seulement quelques jours après sa métamorphose finale. Sa vie de papillon se résume surtout à s’accoupler et à procréer la génération suivante. L’usage de phéromone est surtout destiné à éviter l’accouplement. Les spécimens mâles vont terminer dans le piège tandis que les femelles vont mourir sans avoir pondu sur les aiguilles des pins. L’usage de cette technique nécessite toutefois une bonne connaissance du cycle de l’insecte et d’une bonne localisation des lieux de métamorphoses finales.

Faire appel à des professionnels

Il s’agit de la solution la plus rapide pour mettre fin aux menaces de la chenille processionnaire. Les exterminateurs professionnels ont plusieurs solutions pour mener la lutte contre le nuisible. Pour ceux qui ont des cocons difficiles d’accès, il est impératif de demander le service d’une équipe expérimentée pour réaliser l’échenillage. La société a tous les matériels nécessaires pour mener à bien la mission. Les professionnels peuvent également aider à choisir le bon piège à installer selon le niveau d’infestation et la saison. Enfin, ils peuvent utiliser de substances homologuées pour s’attaquer directement à la colonie. Ces produits respectueux de l’environnement sont souvent inaccessibles sur le marché. Le service d’une entreprise d’extermination de chenille processionnaire offre une garantie d’une éradication rapide et définitive contre l’insecte.

Laisser un commentaire